Les fondatrices de Lily Kamikaz se rencontrent en formation de danse contemporaine à Lyon.

Elles sont à la fois le fruit de l’institution par un apprentissage académique et technique, et de pratiques alternatives.

La Cie Lily Kamikaz naît ainsi en 2009 sous l’impulsion d’Elia Dujardin

L’envie est là de constituer à la fois une équipe artistique avec Sandrine Roldan et Célia Lefèvre, et une structure de développement de projets chorégraphiques communs. 

 

Fil artistique

 

Lily Kamikaz revendique un rapport fort à l’environnement matériel et social immédiat, à la rencontre humaine spontanée à travers l’écriture chorégraphique.


Ce travail s’appuie sur des mises en situation dramaturgiques, de jeux d’intentions et d’émotions dans tout le corps,
comme une perpétuelle bascule entre danse et jeu théâtral.

 

Le processus de création peut tenir sa source dans un fait, un texte, un geste ou un son et répond alors à un même souci : la danse in situ, là où elle naît mais où on ne l’y attend pas forcément, tel est notre malin plaisir.


On aime déconstruire les scènes du quotidien pour y faire advenir un ailleurs, un rire, un imaginaire, créer une brèche et questionner les codes ou les conventions, notre regard sur le monde.

 

Actions 

 

Depuis 2015, l’envie de partager et de transmettre leur manière d’aborder la danse avec des publics variés titille les Lily Kamikaz et se renforce.

 

Pour mieux s’outiller en la matière, Elia Dujardin suit une formation d’Accompagnante Educative et Sociale.

Elle en ressort diplômée en janvier 2018 et surtout riche d’expériences humaines très fortes, apprenant à tenir compte

des besoins fondamentaux quotidiens des personnes en situation de vulnérabilité.  

 

Il s’agit donc pour la compagnie de cultiver ce travail, en prenant la danse et l’expression corporelle comme médias et prétexte à des temps de socialisation là où celle-ci se fait précaire ou rare. 

Développer la communication non-verbale pour tout ce qu’elle peut recouvrir de bienveillance et d’empathie, de confiance en soi. 

Valoriser les corps et les gestuelles les plus diverses,  pour ce qu’ils portent d’identité, d’autonomie, et d’expression personnelles.

Développer la conscience corporelle, aussi bien dans les gestes du quotidien que dans le mouvement dansé, pour le bien-être global que cela génère.

Construire du vécu collectif, et donc des souvenirs, basés sur le plaisir, pour ce que la mémoire du corps peut influencer, à tout moment de la vie.

Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now